[Numéro de revue] Sexualités

Share Embed


Descrição do Produto

DOSSIER

SexualitéS La sexualité des autres À l’instar de la santé ou la maladie, la sexualité est un marqueur de frontières.  !"#$% &'% ('$)"*'(% +",-",(.% /% ,$'% 0"1#2,'% &34"5"165#'7% '00'% 8',+% .'% &9:$#(% comme  un  espace  de  pratiques  et  de  représentations  où  s’expriment  et  par­ fois se renforcent diverses formes d’altérité, qui concernent non seulement les  catégories du désir ou des actes sexuels mais aussi bien d’autres dimensions  qui débordent le sexuel strictement dit. La sexualité constitue en même temps  un outil de normalisation et de contrôle, mobilisé de manière privilégiée par  divers corps professionnels (de la santé en premier lieu) qui ont en commun de  ;"$+(#8("&,;+#"$%&'.%$"(5'.%.";#60'.%/%+(6)'(.%06%&9:$#+#"$%'+%06% ;06..#:;6+#"$%&'.%.,-'+.%.",5#.%/%0',(%'?8'(+#.'@%A'%&",7%'+%'00'.%."$+%80,.%$"57% &6$.% ,$% ;"$+'?+'% "`% 0'.% D'55'.% B%$"#('.%C% ."$+% .";#60'5'$+% 8("­ duites  comme  des  femmes  non  diplômées22  et  comme  des  femmes  phy­ .#2,'5'$+%5"#$.%D(61#0'.%2,'%0'.%D'55'.%B%7% exposent ces femmes à des risques d’exploitation économique et sexuelle.

Un  récépissé  de  demande  de  titre  de  séjour  ne  permet  pas  de  travailler  légalement.

21 

  L’une  des  enquêtées  a  un  Diplôme  d’Études  Approfondies  en  histoire  et  la  seule  activité  rémunérée  qu’on  lui  propose relève de l’emploi ménager. 22

Conclusion Les femmes dont il est question dans ce texte sont soumises à des rapports  .";#6,?% &'% ;06..'7% &'% B%(6;'%C7% &'% 1'$('7% 2,#% 0'.% 8(9;6(#.'$+% '+% 56(2,'$+% leurs expériences de la maladie, de la sexualité, de la migration. Ils mar­ quent également les stratégies qu’elles mettent en œuvre pour lutter contre  ces inégalités et pour survivre. Les stéréotypes produits à partir de l’époque coloniale concourent à la re­ production  des  inégalités  puisqu’ils  imprègnent  les  imaginaires  post­co­ 0"$#6,?% '+% ;"$+#$,'$+% /% ;"$.+(,#('% 0'.% D'55'.% B%6D(#;6#$'.%C% ;"55'% &'.% mères avant tout (mais des mères singulières), qui n’ont pas leur place sur  le marché de l’emploi en dehors des activités domestiques (le care)23. Ces  stéréotypes  culturalistes  et  racistes  structurent  ainsi  leur  insertion  sur  le  marché du travail, leur accès à la citoyenneté et leur place dans la cité. Si  les femmes mettent en avant l’importance de la dimension reproductive de  leur expérience de femmes vivant avec le VIH/sida, ce n’est pas seulement  parce que les discours des acteurs médicaux et sociaux les assignent à la  reproduction, c’est aussi parce que le fait de donner naissance à un enfant  en France, de père français, est perçu comme le moyen le plus sûr et le plus  valorisant  d’obtenir  une  régularisation  administrative,  dans  un  contexte  politique où les conditions d’obtention d’un titre de séjour sont de plus en  plus restrictives (y compris pour les titres de séjour pour raison médicale).  !'%;"$:$'5'$+%&'.%D'55'.%$"#('.%'+%&'.%5#1(6$+'.%&6$.%0'.%.';+',(.%&9­ valorisés de la domesticité et de la prostitution contribue à la reproduction  des stéréotypes sur leur sexualité et leur maternité, perçues et construites  comme déviantes par rapport aux normes dominantes.

23

 Kergoat 2009.

Bibliographie Anderson B. Servants and slaves : Europe’s domestic workers. Race and  Class 1997 ; 39(1) : 37­49.  Andro A, Lesclingand M, Pourette D. Excision et cheminement vers la  réparation : une prise en charge chirurgicale entre expérience personnelle  et dynamiques familiales. Sociétés contemporaines 2010 ; 77 : 139­61. Boëtsch G, Savarese E. Le corps de l’Africaine. Erotisation et inversion. 

L ’ A U T R E ,   C L I N I Q U E S ,   C U LT U R E S   E T   S O C I É T É S ,   2 0 1 0 ,   V O L U M E   11 ,   N ° 3   309

DOSSIER SEXUALITÉS

Résumé MATERNITÉ ET SEXUALITÉ DES FEMMES  AFRICAINES VIVANT AVEC LE VIH EN  FRANCE : PRÉJUGÉS ET EXPÉRIENCES

À  partir  d’une  recherche  qualitative  menée  en  milieux  hospitalier  et  as­ sociatif auprès de femmes originaires  d’Afrique  subsaharienne  vivant  avec  le  VIH/sida  en  France,  cet  article  montre  comment  les  discours  et  atti­ tudes  des  professionnels  de  la  santé  et  du  secteur  social  sont  orientés  par  des  stéréotypes  culturalistes  et  racistes  sur  la  maternité  supposée  nécessaire  des  femmes  africaines  et  sur leur sexualité présumée soumise.  Ces stéréotypes structurent aussi leur  insertion  sur  le  marché  de  l’emploi,  leur  accès  à  la  citoyenneté  et  leur  =;!3(* '!&)* ;!* 3%.#* (.* %&V:(&3(&.* ;(:$* (9=#$%(&3(* '(* ;!* )(9:!;%.#,* X(* 3/&2­ nement des femmes noires et des mi­ grantes dans les secteurs dévalorisés  de la domesticité et de la prostitution  contribue à la reproduction des stéréo­ types culturalistes et racistes sur leur  sexualité et leur maternité, perçues et  construites comme déviantes par rap­ port aux normes dominantes. Mots clés Femmes, immigrées, Afrique, VIH/ sida, professionnels, sexualité, re­  production,  stéréotypes,  cultura­ lisme.

Abstract MATERNITY AND SEXUALITY OF AFRICAN  WOMEN LIVING WITH HIV IN FRANCE :  PREDJUDICES AND EXPERIENCES

Based  on  qualitative  research  in  hospital and associative settings with  women from subsaharian Africa living  with  HIV/AIDS  in  France,  this  article  shows  how  the  discours  and  the  at­ titudes  of  health  and  social  service  professionals are guided by culturalist  and racist stereotypes about a presu­ med necessary meternity and submis­ sive exuality of African women. These  stereotypes  structure  their  insertion  on  the  job  market,  their  access  to  citizenship and and their place in the  3/"":&%.U* !&'* .F(U* %&V:(&3(* .F(%$* way  of  experienceing  sexuality.  The  3/&2&("(&.*/L*G;!3W*O/"(&*!&'*%"­ migrants to the devalorized sectors of  domestic work and prostitution contri­ butes to the reproduction of culturalist  and  racist  stereotypes  about  their 

Cahiers d’Études africaines 1999 ; 39(153) : 123­44. Carby H. Femme blanche écoute ! Le féminisme noir et les frontières de  la sororité. In : Dorlin E, editor. Black feminism. Anthologie du féminisme  africain­américain, 1975­2000. Paris : L’Harmattan ; 2008. p. 87­111. Carde E. On ne laisse mourir personne. Les discriminations dans l’accès  aux soins. Travailler 2006 ; 6 : 57­80. Carde E. Les discriminations selon l’origine dans l’accès aux soins. Santé  Publique 2007 ; 2 : 99­110. Desclaux A, Cadart ML. Avoir un enfant dans le contexte de l’infection  par le VIH/sida. Discours médicaux et liens sociaux. Médecine/Sciences  2008 ; 24(2) : 53­61. Delor F. Séropositifs : trajectoires identitaires et rencontres du risque.  Paris : L’Harmattan ; 1997. Dorlin E. Les Blanchisseuses. La société plantocratique antillaise, labo­ ratoire  de  la  féminité  moderne.  In :  Rouch  H,  Dorlin  E,  Fougeyrollas­ Schwebel D, editors. Le corps, entre sexe et genre. Paris : L’Harmattan ;  2005. p. 143­65. Dorlin E. La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la  nation française. Paris : La Découverte ; 2006. Fanon F. Peau noire, masques blancs. Paris : Seuil ; 1952. Fassin  D.  Le  culturalisme  pratique  de  la  santé  publique.  Critique  d’un  sens commun. In : Dozon JP, Fassin D, editors. Critique de la santé pu­ blique.  Une  approche  anthropologique.  Paris :  Balland ;  2001a.  p.  181­ 206. Fassin D. Une double peine. La condition sociale des immigrés malades  du sida. L’Homme 2001b ; 160 : 137­62. Fassin  D,  Ricard  E.  Les  immigrés  et  le  sida :  une  question  mal  posée.  In : Hefez S, editor. Sida et vie psychique. Approche clinique et prise en  charge. Paris : La Découverte ; 1996. p. 81­90. Ferreira  de  Macêdo  MB.  Femmes  de  ménage  et  veilleurs  de  nuit :  une  approche sexuée du travail précaire dans un hôtel en France. Cahiers du  Genre 2003 ; 35 : 189­208. Gilman S. Black bodies, white bodies : toward an iconography of female  sexuality  in  late  nineteenth  century  art,  medicine  and  literature.  In :  Gates HL. Race, Writing and Difference. Chicago : University of Chica­ go Press ; 1985. p. 223­61. Guillaumin C. (1972) L’idéologie raciste. Genèse et langage actuel. Pa­ ris : Gallimard ; 2002. Heard I, Sitta R, Lert F et l’équipe Vespa. Reproductive choice in men and  women living with HIV : evidence from a large representative sample of  outpatients attending French hospitals (Anrs­Vespa Study). AIDS 2007 ;  21 Suppl. 1 : 77­82. Hill Collins P. Black sexual politics. African Americans, gender, and the  new racism. New York & London : Routledge ; 2005. InVS. La mortalité maternelle en France : bilan 2001­2006. Bulletin Epi­ démiologique Hebdomadaire 2010 ; 2­3 : 9­24. Kergoat  D.  Dynamique  et  consubstantialité  des  rapports  sociaux.  In :  Dorlin E, editor. Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domi­ nation. Paris : P.U.F. ; 2009. p. 111­25. Membrado  M.  Perception  médicale  du  risque  et  décision  de  procréa­ tion  sous  VIH :  la  construction  médicale  de  la  maternité.  In :  Cresson 

310 L ’ A U T R E ,   C L I N I Q U E S ,   C U LT U R E S   E T   S O C I É T É S ,   2 0 1 0 ,   V O L U M E   11 ,   N ° 3

DOSSIER G, Schweyer FX, editors. 1))234#,-).'%&5).6-,'&(,&5).5"44(.5('&7#.'&$(& système de santé. Paris : ENSP ; 2003. p. 177­93. Momsen J. Gender, Migration and Domestic Service. London : Routledge ;  1999. R",-",&% \7% m",('++'% [email protected]% B%H(6#+'%C% &'% D'55'.% 5#1(6$+'.7% &"5'.+#;#+9% '+% prostitution. À propos de migrations interne et externe. Cahiers d’Études  Africaines 2005 ; 179­180 : 1093­121.  Naudé AJ. Le saturnisme, une maladie sociale de l’immigration. Hommes  et Migrations 2000 ; 1225 : 13­22.  Palomares É, Rabaud A. L’arrangement des origines. In : Cossée C, Lada  E, Rigoni I, editors. 8#-4(&/*"4(&793,4#.*(40&:(*#47'&54)-'3'&'"4&$#&24)­ duction de l’altérité. Paris : Armand Colin ; 2004. p.75­91. Pheterson G. Le prisme de la prostitution. Paris : L’Harmattan ; 2001. Pierret J. Vivre avec le VIH. Enquête de longue durée auprès des personnes  infectées. Paris : P.U.F. ; 2006. Pourette D. Des Guadeloupéens en Ile­de­France. Identité, sexualité, san­ té. Paris : Karthala ; 2006. Pourette D. Couple et sexualité des femmes d’Afrique subsaharienne vivant  avec le VIH/sida en France. Médecine/Sciences. 2008a ; 24(2) : 184­92. Pourette D. Migratory Paths, Experiences of AIDS and Sexuality : Afri­ can Women living with HIV/Aids in France. Feminist Economics 2008b ;  14(4) : 149­81. Pourette D. Violences envers les femmes migrantes, santé et sexualité. Tra­ jectoires de femmes d’Afrique subsaharienne vivant avec le VIH/sida en  France. In : Thiara R, Schroettle M, Condon S, editors. Violence against  women  and  ethnicity :  Commonalities  and  differences  across  Europe.  A  reader. Opladen & Farmington Hills : Verlag Barbara Budrich (à paraître  en 2011). Riaño  Y,  Baghdadi  N.  Je  pensais  que  je  pourrais  avoir  une  relation  plus  égalitaire avec un Européen. Nouvelles questions féministes 2007 ; 26(1) :  38­53. Sauvegrain [email protected]%K'.%B%e'55'.%LD(#;6#$'.%C%/%06%B%RE('%LD(#;6#$'%C%J%+(6-';­ toires dans les maternités publiques franciliennes. Colloque « Migrations  humaines et circulations des ressources. La santé en temps de mondialisa­ +#"$%C7%xIRYN7%x$#)'(.#+9%m6(#.%K#&'("+7%nrQna%.'8+'[email protected]% A'% 2,#% B%06#..'% 8'$.'(%C% ;';#7% ;3'.+% $"$% .',0'5'$+% 03"@%Y0.%",%'00'.% luttent contre une éventuelle discréditation. Par exemple, Mohand (vingt­ six ans) a inventé, enlever à ses parents une petite amie pour que ses amis  &'%03,$#)'(.#+9%;'..'$+%&'%)",0"#(%0,#%D6#('%('$;"$+('(%&'.%:00'[email protected] Certains  entretiennent  des  amitiés  au  sein  d’un  groupe  de  pairs.  Plus  le  groupe est grand, plus il agit et plus les remises en question sont effectives.  !6%;(96+#"$%&'%$",)'00'.%$"(5'.7%'+%&"$;%&3,$%B%5"&'%&'%)#'%C7%&98'$&%&'% l’importance des informations acquises et échangées. p6..6$%$'%D6#+%86.%86(+#'%&3,$'%B%;0#2,'%C%'+%0"(.2,3#0%86(0'%&'%;"55,$6,+97% il entend des relations diverses, mais toujours en dyade. Il refuse de ren­ contrer plus d’une personne à la fois. Il reste aux prises d’un discours hété­ rosexuel, notamment sur le mariage, mais aussi sur la masculinité. Il prône  la discrétion et catégorise ainsi les homosexuels : « Donc je considère qu’il y a deux catégories. La catégorie à laquelle j’ap­ partiens qui s’appelle l’ancienne catégorie ou old fashion. La deuxième ca­ tégorie, c’est une catégorie large qui a d’autres buts que j’appelle de la pros­ titution gay. Tout simplement. On peut vivre d’une façon moderne, mais  &#.;(E+'5'$+%C%=p6..6$7%+('$+'Q;#$2%6$.>@ \'%86.%M+('%&#.;('+%'.+%0'%D6#+%&36D:;4'(%86(%,$'%;'(+6#$'%&956(;4'7%+'$,'% vestimentaire ou encore intonation, une différence. Celle­ci est alors perçue  comme inconvenable et rallie le stéréotype selon lequel les homosexuel(le) s sont des prostitué(e)s. Par conséquent, Hassan ne remet pas en cause la  norme hétérosexuelle car il donne du crédit aux représentations sociales.  De  plus,  il  a  un  avis  tranché  sur  l’acte  sexuel.  Il  pénètre,  mais  n’est  pas  pénétré : « Pas de pénétration parce que je fais la prière et je respecte Dieu. Je fais  tout à part la pénétration, je suce parfois… Je ne veux pas… Je ne peux pas,  ;3'.+%56%;,0+,('%[email protected] Hatim tient un tout autre discours. D’une part, il remet en cause les normes  dominantes par son apparence et son comportement ; d’autre part, il pro­ duit un discours subversif sur la sexualité et sur la masculinité. B%Q%c+%8",(%+"#%&6$.%,$'%('06+#"$%D6,+%2,3#0%*%6#+%D"(;95'$+%&'%06%89$9+(6+#"$%O ­ Non pas forcément, du moment que tu te sens bien avec un autre… Pour  moi, le sexe c’est pas primordial tu vois, c’est vrai que tu as des envies de  temps à autre, tu les satisfais, machin et tout, mais tu vois, du moment que  tu es avec quelqu’un déjà tu baises pas, tu fais l’amour avec quelqu’un que  tu aimes, tu as des sentiments, respect mutuel, y’a pas que la pénétration,  *36%0'.%;X0#$.7%0'.%7% 2,#% $36% &3'?#.+'$;'% 2,36,% +(6)'(.% &'% 1'.+'.% .#1$#­ :[email protected]%A'++'%;"$.+(,;+#"$%8'(D"(56+#)'%+(",)'%,$%9;4"%&6$.%$"+('%9+,&'% 0"(.2,'%$",.%;"58('$"$.%2,'%B%03#$D9(#"(#+9%C%&'.%95#1(9.%56(";6#$.%('$­ contrés n’a de vérité que parce que leur corps et leurs actes transforment  cette image1%'$%B%(960#+9%5"5'$+6$9'%[email protected]%L#$.#7%0'.%6;+'.%&'%03#$&#)#&,%."$+% contrôlés par l’activité domestique légitimée par sa situation juridico­so­ ciale. La structure à la fois performative et matérielle de l’oppression des  femmes rejoint ici celle de l’oppression de certains émigrés homosexuels. Cette subordination n’est certes pas inévitable, mais elle s’est présentée  chez toutes les personnes rencontrées. Aussi, expliquerons­nous cette si­ tuation  avec  l’exemple  de  Walid  (vingt­neuf  ans,  en  Belgique  depuis  4  ans) et d’Hichem (trente ans, en Belgique depuis 5 ans). Walid  et  Hichem  sont  tous  deux  émigrés  clandestins.  L’un  des  moyens  pour eux de régulariser leur situation administrative en Belgique est le  mariage  avec  leur  compagnon  de  nationalité  belge.  Or,  pour  ces  natifs  belges, la perspective du mariage est devenue un moyen de pression. Dès  lors, les relations au sein du couple sont devenues un enjeu de régularisa­ tion sur le territoire belge. La vie commune prive Walid et Hichem de leur  liberté d’action. Franck et Peter peuvent imposer impunément leur façon  de vivre puisqu’ils sont les garants de leur liberté de circulation. Ici, la su­ bordination naît du contexte de dépendance matérielle, lui­même issu de  l’invisibilité juridique et de la précarité forcée dans laquelle on maintient  0'.%('.."(+#..6$+.%&'%;'++'%95#1(6+#"$%B%;,0+,('00'%C%=N6*6&%STTT>@

1 * Y/:)* &(* .$!%./&)* =!)* %3%* )=#3%2R quement  de  cette  image,  mais  de  ses  conséquences  matérielles.  En  ce  qui  concerne  sa  construction  discursive  et  esthétique,  voir  Aldrich  2002  et  Young  1995, entre autres.

A33&*3&%-,%*$'20',+83.'+,'2+'(-'B*&;+'2+',&-:-%('?!+(357'CDDEF Si le mariage, la relation hétéro­patriarcale homme/femme, impose à la  D'55'%,$%.6;(#:;'%&'%."$%+'58.%B%.6$.%0#5#+6+#"$%4"(6#('%C%=k,#006,5#$% 1992), la relation homme européen/homme maghrébin en situation irré­ gulière suit le même canevas. « Des fois quand même, je sens que…, tu sais, je fais les choses de la mai­ son, je suis là. J’ai pas la liberté de…, je sais pas comment dire…, la cui­ .#$'7%0'%59$61'7%0'%.'?'%=(#('.>%'+%0,#%#0%D6#+%0'.%;4".'.%2,3#0%)',+7%+,%)"#.%O%C% (Walid). De plus, les moments passés avec Walid étaient rythmés par les horaires  de travail de son ami. Il devait être rentré avant lui pour préparer le dîner  et le ménage devait être fait pendant la semaine, ainsi que les lessives. Il  n’a jamais été possible, en temps normal, que nous nous voyions le soir.  Hichem a une vision plus tranchée de la situation. Sa relation avec Peter est  +'(5#$9'7%#0%;"$.;#'$+#.'%6,-",(&34,#%0'.%.6;(#:;'.%2,3#0%6%D6#[email protected]

L ’ A U T R E ,   C L I N I Q U E S ,   C U LT U R E S   E T   S O C I É T É S ,   2 0 1 0 ,   V O L U M E   11 ,   N ° 3   319

DOSSIER SEXUALITÉS « Parce que pour lui j’étais juste une Fatima quoi ! Il entrait, il trouvait le  dîner servi, Monsieur est servi, je prenais soin de lui, il avait une nounou,  je faisais tout, la baise, le ménage, la nourriture. Premièrement, j’avais en­ vie de le faire, parce que j’aime bien cuisiner pour les gens que j’aime, tu  vois. Deuxièmement, j’habitais chez lui, alors même si je donnais un peu  d’argent, mais quand même je paye pas le truc, alors je vais essayer d’aider  avec ce que je peux, tu vois ce que je veux dire. Alors si je fais ça, je le fais  6)';%806#.#(7%56#.%0,#7%+,%.6#.7%56#.%0,#%#0%;("*6#+%2,'%-'%8(":+6#.%&'%0,#7%86(;'% 2,'%0'%D6#+%&'%('.+'(%;4'W%0,#%56;4#$%60"(.%-'%8(":+'7%'+%5"#%-36)6#.%86.%;'.% idées en tête. Des fois, comment dire, il croit des choses qui n’existent pas,  #0%;("#+%2,'%-'%.,#.{7%2,'%-'%8(":+6#.%&'%0,#7%#0%;("#+%2,'%-'%('.+'%6)';%0,#%8",(% -,.+'%#0%.#1$'%C%=p#;4'5>@ La limitation domestique et l’obligation dont ils sont tributaires sont le fait  &3,$'%B%;4".#:;6+#"$%C%=k,#006,5#$%STTn>%&'%0',(%.,7%06%B%;4".#:;6+#"$%C%=;"0"$#.6­ +#"$%'+l",%.'?#.5'>7%0'%D6#+%B%&3M+('%)#&9%C%=.";#9+9%'+l",%D'55'>7%B%8#9+#$9%C% =#$.+#+,+#"$.>7%B%;"$:.2,9e%C%=+'(('.>%=STTS%J%nSr>@%!6%8("&,;+#"$%&'%03#561'% dont  ils  peuvent  être  victime,  le  cas  échéant,  se  manifeste  matériellement  par l’organisation du quotidien. L’émigration des homosexuels maghrébins  n’est pas une sortie de l’oppression liée à l’homosexualité au Maroc. Si elle a  pour but une libération des déterminismes sociaux et culturels initiaux, elle  inaugure d’autres rapports d’oppression dans un cadre postcolonial, raciste  et sexiste.

Résumé PARCOURS HOMOSEXUELS DU MAROC  À LA BELGIQUE : L’ÉMIGRATION COMME  MOYEN D’ÉMANCIPATION ?

Au Maroc, les identités de genre sem­ G;(&.*S.$(*20#()*(.*;(*&/&R$()=(3.*'()* codes de celles­ci peut entraîner des  rappels  à  l’ordre.  Néanmoins,  nous  remarquons  que  l’homosexualité,  qui  '#2.*;()*3/'()*(.*;()*&/$"()*'(*;@%'(&­ tité sexuelle admise, trouve un espace  d’expression.  En  effet,  la  constitution  de groupes de pairs permet aux indi­ A%':)*'(*$()%0&%2($*;()*&/$"()*F#.#$/­ )(9:(;;()* !2&* '(* =(&)($* :&(* %'(&.%.#* alternative.  Par  conséquent,  l’impos­ sibilité de vivre son homosexualité au  Maroc ne peut pas être perçue comme  l’incapacité à concevoir l’homosexua­ lité. Ainsi, quitter le pays pour vivre sa  sexualité  ailleurs  ne  correspond  pas  à la réalité sociale. Le départ lié à la  sexualité est à mettre en rapport avec  une  rupture  biographique  dans  l’ex­ périence  sociale  de  l’individu.  L’objet  du  départ  n’est  pas  l’homosexualité,  mais  une  impossibilité  physique  ou  mentale de vivre cette sexualité. Cette  situation  entraîne  une  autre  problé­ matique :  l’appropriation  physique  et  mentale postcoloniale dans la société  d’accueil. Mots clés Homosexualité, migration, mascu­ linité,  homophobie,  postcolonial,  oppression.

Conclusion Dire que l’homosexualité se vit de manière cachée, dans l’isolement et la  culpabilité au Maroc est loin d’être vrai. Si la tolérance dans laquelle elle  se joue publiquement n’est qu’une liberté encadrée par l’autorité nationale,  '00'%'.+%,$%849$"5E$'%(9F9;4#@%!'.%4"5".'?,'0=0'>.%8'$.'$+%0',(%8".#+#"$% au carrefour des jeux de pouvoir dont ils font l’objet et parviennent à s’unir  pour se construire une identité de groupe. Toutefois informel, ce groupus­ cule n’est pas la représentation d’une tolérance moderne, mais celle d’une  pensée homosexuelle vive et inventive. Ensemble, ils repensent les fron­ +#E('.% &,% 1'$('% 2,#% 8'(5'++'$+% 0',(% '?#.+'$;'@% A'% +(6)6#0% (9F'?#D% $39)#+'% pas  le  discrédit  qui  peut  les  conduire  à  prendre  la  décision  de  partir  du  Maroc. Dès lors, le départ peut devenir une situation plus complexe à gérer  2,'%034"5".'?,60#[email protected]%!6%:$%&'%06%B%;"006
Lihat lebih banyak...

Comentários

Copyright © 2017 DADOSPDF Inc.